Festival de Quatuors à Cordes en Pays de Fayence | Artistes
Toute l'actualité et les informations concernant le festival Quatuors à Cordes en Pays de Fayence.
festival,quatuors,fayence,cordes,violoncelle,violons,communauté de communes,frédéric audibert,musique classique,concerts,festival de quatuors,quatuor voce,quatuor bélà,quatuor modigliani,pays de fayence,var,région paca,provence
17105
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-17105,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-9.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2,vc_responsive

Les artistes

Quatuor Voce

Sarah DAYAN, violon
Cécile ROUBIN, violon
Guillaume BECKER, alto
Lydia Shelley, violoncelle

Site internet

.En quelques instants, on mesure le chemin parcouru par l’ensemble français dans l’autorité du ton et du souffle, dans la maitrise des contrastes, et plus encore dans la profondeur de la vision=
– Jean-Michel Molkhou, Diapason

Depuis quinze ans, les Voce cultivent leur idée du quatuor à cordes, polymorphe et aventureux. Lauréats de nombreux concours internationaux, ils parcourent les routes du monde entier, d’Helsinki au Caire et de Tokyo à Bogota. Ils s’attachent à défendre les grandes pièces du répertoire classique, seuls ou aux côtés d’artistes d’exception comme Yuri Bashmet ou Gary Hoffman. Leur curiosité les amène aussi à expérimenter des formes de spectacle multiples: ils prêtent leur voix à des chefs-d’oeuvre du cinéma muet, et partagent la scène avec des personnalités aussi diverses que le violoncelliste éclectique Vincent Segal, les chanteuses Kyrie Kristmanson et Aynur, les chorégraphes Thomas Lebrun et les frères Ben Aïm, et l’accordéoniste Vincent Peirani.

La saison 2018/19 voit les Voce traverser le monde entier avec des tournées au Japon, en Haïti, en Australie et aux Etats-Unis – notamment au Frick Collection de New York, ainsi que de nombreux concerts à travers l’Europe: au Danemark, en Suisse, en Allemagne, en Irlande et au Royaume-Uni – notamment au Wigmore Hall de Londres – sans oublier des concerts dans les grandes salles françaises (Opera de Nantes, TAP de Poitiers…) . Les dernières saisons ont vu le quatuor se produire entre autres au Concertgebouw d’Amsterdam, au Konzerthaus  de Vienne, aux Philharmonies de Paris, Cologne et Luxembourg, au BOZAR de Bruxelles, au Oji Hall de Tokyo, au Teatro Colon de Bogota …

Forts de nombreuses rencontres avec des sommités du jazz et des musiques du monde,  les Voce imaginent “Itinéraire”, un voyage à 16 cordes du Brésil à l’Indonésie en passant par l’Iran, Cuba et l’Egypte. Un nouveau répertoire à la lisière des musiques écrites et improvisées est créé en collaboration étroite avec cinq compositeurs d’horizons multiples : le pianiste Gabriel Sivak, le clarinettiste Kinan Azmeh, le violoncelliste Vincent Ségal, l’accordéoniste Vincent Peirani et le joueur de zarb Kevin Seddiki. « Itinéraire » l’album, sort à l’automne 2018 pour le label Alpha Classics.

Leurs enregistrements consacrés à Schubert, Beethoven, Mozart, Brahms, Bartok, Janaeck et Schulhoff sont salués et recommandés par la presse internationale parmi lesquels The Strad, Télérama (FFFF), Suddeutsch Zeitung, Diapason (5 Diapasons), the Guardian… Leur relation privilégiée avec le label Alpha Classics a déjà donné naissance à cinq enregistrements en quatuor et en collaboration avec des artistes renommés comme Juliette Hurel, Lise Berthaud, Vincent Segal et Kinan Azmeh. En 2018 ils apparaissent pour le label Aparté sur  l’album « Ballad in Red » d’Emmanuel Ceysson, harpe solo du Metropolitan Opera de New York, et en 2019 pour le label Klarthe dans le quintette de Brahms avec le clarinettiste Florent Héau.

Pour fêter leur quinze ans d’existence, ils enregistrent les quinzième quatuors de Mozart et de Schubert, à paraitre à l’automne 2019 chez Alpha Classics.

Après avoir étudié auprès du Quatuor Ysaye, de Günter Pichler, charismatique 1er violon du quatuor Alban Berg, et d’Eberhard Feltz, les Voce tiennent à transmettre leur savoir-faire et leur passion pour la musique de chambre aux plus jeunes générations. Depuis 2010, ils animent le parcours de quatuor à cordes en Seine Saint-Denis en lien avec ProQuartet et les conservatoires, et en 2017, avec le soutien engagé de la ville de Vendôme et de Monceau Assurances, ils créent « Quatuor à Vendôme » un festival-académie consacré à la musique de chambre.

Ouverts au monde qui les entoure, ils créent régulièrement la musique de compositeurs d’aujourd’hui parmi lesquels Bruno Mantovani, Graziane Finzi, Alexandros Markeas…

Le Quatuor Voce remercie particulièrement ProQuartet CEMC, Monceau Assurances, la SPEDIDAM et l’Adami pour leur soutien.

https://www.quatuorvoce.com/

Quatuor Kitgut

Amandine BAYER, violon
Naaman SLUCHIN, violon
Jodèphe Cottet, alto
Frédéric BALDASSARE, violoncelle

http://www.amandinebeyer.com

Fantasia baroque, adagio classique : on croirait tout du long un unique instrument à seize cordes - en boyau et frottées par des archets anciens, d’où cette lumière tendre, ces tons lunaire, ce frémissement continu sans pudeur ni effet de manche (…)
– Yves Alexandre, Diapason

Aucun « oracle » n’aurait prédit la réunion de ces quatre musiciens aux profils si variés et contrastés. Et pourtant, après une première rencontre, Amandine Beyer, Naaman Sluchin, Josèphe Cottet et Frédéric Baldassare créent en 2015 le Kitgut Quartet, sur instruments d’époque et cordes en boyaux.

Forts de leurs expériences de chambristes et de solistes dans les grandes formations d’Europe, ils mettent en commun leur désir de faire vivre sous leurs archets les grandes œuvres du répertoire, ainsi que les curiosités et les pièces oubliées, dans une tradition empreinte de liberté, d’enthousiasme et de partage.

Les programmes du Kitgut Quartet interrogent les origines du quatuor à cordes et explorent les diverses tentatives en Europe, avant la période classique, d’une écriture proprement instrumentale à quatre voix. En différents chapitres, autour de Schubert et l’Allemagne, Mozart et l’Italie, Beethoven et la France ou encore Haydn et l’Angleterre, les Kitgut proposent cette autre perspective de la naissance du quatuor, avec l’envie de rendre sur scène ce qui les accompagne en répétition : dialogue, amusement et spontanéité.
Depuis sa création, le quatuor se produit dans différentes salles et festivals européens, tels que le Théâtre de la Ville/Théâtre des Abesses à Paris, AMUZ à Anvers, l’Abbaye de Royaumont… On le retrouvera notamment à la Biennale du Quatuor à cordes d’Amsterdam en 2022.

En 2020 sort le premier disque du Kitgut Quartet chez Harmonia Mundi, « ‘Tis too late to be wise », consacré à Haydn et l’Angleterre (Purcell, Locke). L’interprétation est saluée par la critique, en France et à l’international. Il obtient notamment un Diapason Découverte.

Danish String Quartet

Rune TONSGAARD SøRENSEN, violon
Frederik øLAND, violon
Absjørn NøRGAARD , alto
Fredrik SJÖLIN , violoncelle

Site internet

This is one of the best quartets before the public today(…)
– Robert Battey, The Washington Post

Parmi les nombreux groupes de musique de chambre exceptionnels d’aujourd’hui, le quatuor à cordes danois nominé aux GRAMMY® affirme sa prééminence. Le jeu du Quatuor reflète une musicalité irréprochable, un talent artistique sophistiqué, une clarté exquise de l’ensemble et, surtout, une expressivité inextricablement liée à la musique, de Haydn à Chostakovitch en passant par les partitions contemporaines. Les performances apportent une spontanéité musicale rare, donnant au public le sentiment d’entendre le répertoire comme si c’était pour la première fois. Ils dégagent une joie palpable lorsqu’ils jouent ce qui les a rendus extrêmement demandés sur les scènes de concert du monde entier. Récipiendaire de nombreux prix et nominations prestigieuses, dont l’Ensemble de l’année 2020 de Musical America et le Borletti-Buitoni Trust, le quatuor à cordes danois a été nommé en 2013 BBC Radio 3 New Generation Artists et nommé au programme The Bowers (anciennement CMS Two ).

Depuis ses débuts en 2002, le quatuor à cordes danois a démontré une affinité particulière pour les compositeurs scandinaves, de Carl Nielsen à Hans Abrahamsen, aux côtés de la musique de Mozart et Beethoven. Les intérêts musicaux du Quatuor englobent également la musique folklorique nordique, au centre de Wood Works, un album de musique folklorique scandinave traditionnelle, publié par Dacapo en 2014. Dans le prolongement, le Quatuor à cordes danois a publié Last Leaf pour ECM, un album de musique traditionnelle. Musique folklorique scandinave. Cet enregistrement était l’un des meilleurs albums classiques de 2017, choisi par NPR, Spotify et le New York Times, entre autres.
Nommés Artist en Residence en 2006 à la radio danoise, le quatuor s’est vu offrir l’opportunité d’enregistrer les quatuors à cordes Nielsen à la salle de concert de la radio danoise. Les deux CD, sortis en 2007 et 2008 sur le label Dacapo, ont suscité des éloges enthousiastes pour leurs premiers enregistrements – «ces musiciens danois ont excellé dans l’interprétation d’œuvres de Brahms, Mozart et Bartók ces dernières années. Mais ils jouent les quatuors de Nielsen comme s’ils les possédaient », note le New York Times. En 2012, le quatuor à cordes danois a sorti un enregistrement des quatuors Haydn et Brahms sur le label allemand AVI-music, pour lequel ils ont également reçu un avis critique. «Ce qui rend la performance spéciale, c’est la maturité et le calme du jeu, même lors de passages virtuoses qui défilent. C’est une musique d’une facilité et d’un naturel merveilleux », a observé le New York Times. Par la suite, ils ont enregistré des œuvres de Brahms et Robert Fuchs avec le clarinettiste Sebastian Manz, sorti par AVI-music en 2014 et en 2017, un album avec la musique de Thomas Adès, Per Nørgård et Abrahamsen, le premier album du Quatuor sur ECM.

Les violonistes Frederik Øland et Rune Tonsgaard Sørenson et l’altiste Asbjørn Nørgaard se sont rencontrés enfants dans un camp d’été musical où ils jouaient au football et faisaient de la musique ensemble. Adolescents, ils ont commencé à étudier la musique de chambre classique et ont été encadrés par Tim Frederiksen de l’Académie royale danoise de musique de Copenhague. En 2008, les trois Danois ont été rejoints par le violoncelliste norvégien Fredrik Schøyen Sjölin.

Quatuor Marmen

Johannes MARMEN, violon
Ricky GORE, violon
Bryony GIBSON-CORNISH, alto
Sinéad O’Halloran, violoncelle

Site internet

Performing is all about communication. It's telling a story and fell the Marmen are dedicated to this ideal(…)
– Robert Battey, The Washington Post

Le Marmen Quartet s’est produit dans des salles telles que Wigmore Hall, Milton Court (Barbican), Palladium Malmö et Muziekgebouw Eindhoven. Parmi les autres faits saillants récents, citons des performances à travers le Royaume-Uni dans le cadre du « Bridge Scheme » de Music in the Round (2015-17), ainsi que des apparitions régulières au Wiltshire Music Center où ils sont Young Quartet in Association. Le Quatuor se produit régulièrement dans toute la Suède et 2020 a vu son premier cycle complet de Quatuor à cordes de Beethoven pour Musik I Syd. Les engagements du festival ont amené le Quatuor à la Biennale du quatuor à cordes d’Amsterdam, aux festivals de musique d’été Hitzacker, Lockenhaus, Edinburgh Fringe, North Norfolk et Lake District.

Au cours de cette saison, le quatuor fera ses débuts à la Philharmonie de Berlin, à la Boulez Saal et à la Biennale du quatuor à cordes de Barcelone, ainsi que de vastes tournées européennes comprenant des représentations à Francfort, Hanovre, Heidelberg et Leipzig. Les engagements du festival amènent également le Quatuor au Belfast International Festival, au Gower Festival et aux Estivales de Musique en Médoc. Aux États-Unis, le Quatuor entreprend la première visite de sa résidence de deux ans à la Southern Methodist University de Dallas ; une relation qui verra le Quatuor travailler en étroite collaboration avec les étudiants ainsi que donner des performances et développer de nouveaux projets. D’autres projets futurs incluent des tournées au Japon, en Nouvelle-Zélande et au Canada.

Le quatuor Marmen détient actuellement la bourse de quatuor à cordes de la Guildhall School of Music et étudie à Londres avec Simon Rowland-Jones et John Myerscough (Doric Quartet). Le Quatuor termine également un Master en musique de chambre avec Oliver Wille à la Hochschule für Musik de Hanovre. Ils ont été encadrés par feu Peter Cropper et ont reçu le soutien de la Musicians Company/Concordia Foundation, de la Hattori Foundation, de Help Musicians et de la Royal Philharmonic Society (prix Albert et Eugenie Frost).

Quatuor Belcea

Corina BELCEA, violon
Axel SCHACHER, violon
Krzysztof CHORZELSKI, alto
Antoine LEDERLIN, violoncelle

Site internet

(...) Ce qui semble être l’impulsion prédominante qui anime cette musique, c’est l’aspiration de l’homme à la liberté, le désir inextinguible d’étendre ses limites et d’apprendre la vérité sur lui-même dans ce processus

Ce que le Belcea Quartet écrit dans la préface de son enregistrement de l’intégralité des Quatuors à cordes de Beethoven pourrait également être décrit comme leur credo artistique. Ces musiciens ne sont pas confinés par les frontières traditionnelles. C’est peut-être le fait même de leurs origines culturelles diverses qui est à l’origine de leur style d’interprétation dynamique et libre. Fondé au Royal College of Music de Londres en 1994, le quatuor est basé en Grande-Bretagne. Cependant, la violoniste roumaine Corina Belcea et l’altiste polonaise Krzysztof Chorzelski, les deux membres fondateurs, apportent une provenance artistique très différente à l’ensemble tout en puisant dans les meilleures traditions de jeu de quatuor à cordes reçues des mentors du quatuor : les membres de l’Alban Berg et les Quatuors Amadeus. Ce spectre est élargi par les musiciens français Axel Schacher (violon) et Antoine Lederlin (violoncelle). Le Belcea Quartet mélange ses diverses influences dans un langage musical commun. Cette diversité se retrouve dans le répertoire du Belcea Quartet. Des premières mondiales régulières – parmi lesquelles les quatuors à cordes de Mark-Anthony Turnage « Twisted Blues with Twisted Ballad » en 2010, « Contusion » en 2014, les « rêves lucides » de Thomas Larcher en 2015, le 4e quatuor à cordes de Krzysztof Penderecki en 2016, ainsi que le 3e quatuor à cordes de Joseph Phibbs, vont de pair avec son lien profond avec les grandes œuvres des périodes classique et romantique. L’approche ouverte d’esprit du quatuor à la musique lui permet invariablement de trouver ses propres interprétations uniques, élégantes et raffinées du répertoire principal du quatuor à cordes.A partir de la saison 2017/2018, le Belcea Quartet est l’artiste en résidence du Quatuor à la Pierre Boulez Saal Berlin. Le quatuor partage une résidence au Wiener Konzerthaus avec le Quatuor Artemis depuis 2010.
Les musiciens ont créé leur propre Belcea Quartet Trust, dont les principaux objectifs sont de soutenir et d’inspirer de jeunes quatuors à cordes à travers des séries des sessions de coaching intensives organisées en fonction des besoins de chaque ensemble sélectionné, ainsi que pour soutenir la commande de nouvelles œuvres des principaux compositeurs d’aujourd’hui qui seront créées par le quatuor à l’avenir.

Le Belcea Quartet a une discographie impressionnante. Au cours de son association de longue date avec EMI Classics, le quatuor a enregistré l’intégrale des quatuors Britten et Bartók ainsi que des œuvres de Schubert, Brahms, Mozart, Debussy, Ravel et Dutilleux, entre autres. En 2012 et 2013, le quatuor a enregistré l’intégralité des quatuors de Beethoven en direct au Benjamin Britten Studio à Snape. Cet enregistrement est sorti sous ZigZag Territoires, le nouveau label du quatuor. Comme ses prédécesseurs, ce CD a été acclamé par la critique : il a été récompensé par des prix tels que le Gramophone Award. En 2015, le quatuor a sorti son enregistrement très acclamé d’œuvres de Webern, Berg et Schoenberg pour coïncider avec son 20e anniversaire. Septembre 2016 a vu la sortie de l’enregistrement du quatuor de l’intégrale des quatuors à cordes et quintette avec piano de Brahms, un CD plébiscité par la presse et récompensé par un Diapason d’or de l’année 2016. L’album de Chostakovitch, comprenant le 3e quatuor à cordes et le piano quintet avec Piotr Anderszewski, est sorti en avril 2018, suivi de l’enregistrement des deux quatuors à cordes de Janáček combinés au premier quatuor de Liget au printemps 2019.

 

te.

Frédéric Audibert

Frédéric Audibert fait ses débuts à 17 ans dans la grande salle de l’UNESCO à Paris. Il remporte les concours internationaux Turin et Rovere d’Oro en Italie et se distingue en finale et demi- finale à Palma d’Oro, Florence, Trapani et San Sebastian. En 1992, Lord Yehudi Menuhin le nomme lauréat de son association «Live Music Now France» et l’encourage  personnellement à poursuivre une carrière de soliste. Il joue depuis les grands concertos avec orchestre : Haydn, Boccherini, Beethoven, Martinù, K.PE. Bach, Saint-Saëns, Bruch, Brahms, Tchaïkovski, Chostakovitch, Lalo, Dvorak, Honegger, Landowski, Tortelier, Abbiate… avec les orchestres Brixi de Prague, les Solistes tchèques, orchestre symphonique de Brnö, orchestre philharmonique de Nice, orchestre symphonique de la Garde Républicaine, orchestre philarmonique de Brasov, orchestre de Cannes-Paca, orchestre symphonique de Kinshasa…). Durant la saison 2018-2019 il a joué plusieurs fois le concerto d’E. Lalo.

 

Soliste de la Fondation Sophia-Antipolis, il donne des concerts et masterclasses en France (Gaveau, Palais des Festivals de Cannes, Abbaye de Fontfroide, Opéra de Nice, Flâneries musicales de Reims…) et dans les principaux pays Européens. Il donne aussi des masterclasses au Japon, à l’université d’Ottawa au Québec, école Rostropovitch de Moscou, à l’université de Taïnan et de Taïpei (Taïwan), en Israël, au Canada, en Afrique, en Polynésie, en Turquie. En 2017, il s’est rendu à Tokyo pour des concerts et une master class. En 2020, il était l’invité d’une université américaine pour des master classes et concerts, projet reporté en raison de la crise sanitaire.

 

Violoncelle solo de la Chambre Philharmonique-Emmanuel Krivine et du Dresden Festpielen Orchestra, il se produit dans les plus grandes salles Européennes : Pleyel, Philharmonie Paris, Alt Oper Frankfurt, Concertgebouw Bruges, Istanbul Hall, Beethoven Hall Bonn, Victoria Hall Genève, Cadogan Hall Londres, Semper Oper Dresde, Philharmonie Berlin, Regent Theater Munich, Philharmonie Hambourg et enregistre les grandes symphonies du répertoire pour Naïve et Sony Classical.

 

Dans le domaine contemporain, il collabore avec de nombreux compositeurs : Bacri, Mulsant, Gastinel, Matalon, Bérenger, Tanaka, Nagata, Einbond, Essyad….et joue Kottos de Xenakis au Printemps des Arts de Monte Carlo. Les mots sont allés de Lucciano Berio au Festival Présence de Radio France. Le concerto de Marcel Landowski pour son 80ème anniversaire.

 

Frédéric Audibert a enregistré une trentaine de CD pour les maisons de disque Quantum (Euravent), Gazelle, K617, Naïve, Acte Préalable, Sony Classical, Verany…. dont l’un est consacré aux Suites de J.S Bach qu’il a interprétées plusieurs fois, et dans leur intégralité, en concert. Notamment en avril 2017, Eglise des Billettes, à Paris.. Il a également joué en intégralité les Caprices de Piatti.

 

Frédéric Audibert est l’un des très rares violoncellistes à maîtriser toutes les esthétiques, de la musique baroque à la musique contemporaine. Il a approfondi ces divers répertoires dès sa sortie du CNSM de Paris en cherchant à rapprocher l’instrumentarium (huit archets d’époques différentes) de la justesse stylistique pour chaque littérature.

 

Il joue le violoncelle de Maud Tortelier un Alessandro Gagliano Napoli de 1720 avec un montage classique.

 

Il joue sur cordes en boyaux (Violoncelle Cordano Genova 1774) les concertos de Vivaldi, Porpora, Boccherini, KP.E Bach, L. Léo notamment au Grand Théâtre Royal de Naples.

Il enseigne le violoncelle au sein de l’Académie Prince Rainier III de Monaco et à l’Académie internationale d’Eté de Nice. Depuis le mois de mars 2017, il a intégré l’Institut d’Enseignement Supérieur de la Musique – Europe et Méditerranée (IESM) où il enseigne le violoncelle en cursus DNSPM.

Frédéric Audibert a été élevé au titre de chevalier dans l’Ordre du mérite culturel par le prince Albert II de Monaco.

Il est directeur artistique du festival Quatuors en Pays de Fayence, du festival de violoncelle Cello Fan dans le Var et du festival Classic’A Saint-Raphaël (France).

Jean-Baptiste Henry

Jean-Baptiste Henry a été initié très jeune au bandonéon auprès du grand César Stroscio à l’Ecole Nationale de Musique de Gennevilliers. Premier prix de bandonéon à l’unanimité avec félicitations du jury en 2004, il décide d’aller vivre une année en Argentine, où il suit des leçons particulières avec Julio Pane et se produit avec diverses formations, dont La Otra Esquina.

De retour en France, il intègre Le Grand Orchestre de Mosalini, qui parcourt l’Europe, et se produit sur la scène du Théâtre du Châtelet avec le spectacle Tanguera. Dernièrement, il est parti en tournée en Finlande avec Alejandro Scharwz et Oscar Cisto; puis enchaine avec une tournée de trois semaines au Japon pour accompagner la chanteuse Ana Saeki. Jean-Baptiste Henry est aussi cofondateur et compositeur du duo Los poseidos.