Festival de Quatuors à Cordes en Pays de Fayence | Programme
Toute l'actualité et les informations concernant le festival Quatuors à Cordes en Pays de Fayence.
festival,quatuors,fayence,cordes,violoncelle,violons,communauté de communes,frédéric audibert,musique classique,concerts,festival de quatuors,quatuor voce,quatuor bélà,quatuor modigliani,pays de fayence,var,région paca,provence
16958
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-16958,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-9.1.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2,vc_responsive

Programme

Quatuor SCHUMANN (Allemagne)

Eglise 19h30
TOURRETTES

  • Erik SCHUMANN – violon
  • Ken SCHUMANN – violon
  • Lilisa  RANDALU – alto
  • Mark SCHUMANN – violoncelle

A. Schumann (1810-1856) Quatuor à cordes n°3 en la majeur op. 41

L. Beethoven (1770-19827) Quatuor à cordes n°1 en fa majeur op.59

 

Bien que le nom de Schumann soit principalement associé au piano, le compositeur livre également une importante contribution au répertoire de musique de chambre qui compte d’ailleurs plusieurs chefs-d’œuvre. Il composa le quatuor  n°3 en 1842, année où fut crée l’essentiel de sa musique de chambre. Il acheva en cinq semaines les trois quatuors à cordes de l’op. 41, qu’il dédia à Mendelssohn. Le troisième quatuor est caractéristique du romantisme si personnel à Schumann (alternance d’élans lyriques et de pensées sombres), intégré à une forme classique dont les mouvements sont reliés entre eux par l’unité du matériau thématique.

Le quatuor  n°1 en fa majeur de l’opus 59 est pour le quatuor à cordes ce que la symphonie Héroïque est à la symphonie  : une révolution qui fait éclater les conventions, les usages pour ne plus obéir qu’à un génie qui s’affirme partout souverain. La générosité des thèmes, débordants de passion, l’habilité des enchaînements et de la gestion de l’espace sonore, achèvent de faire de cette oeuvre un pilier du répertoire.

Quatuor Voce (France)

Église 20h30
SEILLANS

  • Sarah Dayan, violon
  • Cécile Roubin, violon
  • Guillaume Becker, alto
  • Lydia Shelley, violoncelle

L.V. Beethoven (1770-1827)  Quatuor à cordes n°10 en mi bemol majeur, op. 74

B. Britten (1913-1976) Divertimenti

L. V Beethoven (1770-1827) Quatuor à cordes n°15 en la mineur, Op. 132

Benjamin Britten : 3 Divertimenti

Les Trois Divertimenti pour quatuor à cordes de Benjamin Britten ont vu le jour en 1933 dans le cadre d’une suite prévue de 5 mouvements pour quatuor à cordes appelée Alla quartetto serioso ‘Go play, boy, play’ – une série de portraits de ses camarades de classe de South Lodge et de Gresham. Les trois mouvements effectivement composés ont été substantiellement révisés au cours des trois années qui suivirent leur création. La marche a été entièrement remplacée, l’original étant envisagé pour une autre suite de quatuor inspirée du film du livre pour enfants d’Erich Kästner, Emil et les détectives. Il est finalement apparu dans le cycle de chanson Les Illuminations. Les Three Divertimenti révisés ont d’abord été interprétés par le quatuor Stratton (qui s’est ensuite métamorphosé en éolien) dans le Wigmore Hall en février 1936.

L. V Beethoven : Quatuor n°10, op 74

Des deux ou trois ans postérieur aux trois « Razumowsky », le dixième quatuor (opus 74 en mi♭majeur) de L.V Beethoven, dédié comme ceux de l’opus 18 au prince Lobkowitz, est parfois désigné sous le surnom « Les harpes » qu’il doit à l’abondance des arpèges en pizzicato dans son premier mouvement. Écrit juste après le concerto « L’Empereur », il rompt quelque peu avec l’esprit d’aventure et de conquête des quatuors précédents, comme si Beethoven avait éprouvé le besoin de se rapprocher de son public à travers une œuvre rassurante et plutôt avenante. De fait, l’œuvre devint rapidement populaire et son succès ne s’est jamais démenti, ce qu’elle doit sans doute au fait qu’elle affirme une émotion neuve, et qu’elle le fait avec plus de charme que de puissance.

L.V Beethoven Quatuor n°15, op 132
Bien antérieur au quatorzième, ce quinzième quatuor (opus 132 en la mineur), terminé en août 1825, aurait pu être le treizième puisqu’il fut esquissé dès 1823, alors que Beethoven travaillait à son douzième quatuor. « C’est une de mes œuvres les plus dignes de mon nom », dit le compositeur de cet autre chef-d’œuvre tardif qui, une fois n’est pas coutume, connut un grand succès lors de sa première exécution. « Ses cinq mouvements annoncent le principe de la grande forme « en arche » chère, plus tard, à Bartók : les premier et dernier mouvements encadrent deux mouvements qui ont la souplesse et le raffinement structurel d’intermezzos ou de bagatelles

 

Quatuor ARMENIEN (Arménie)

Église 16h00
MONS

  • Astghik Vardanyan, violon
  • Hakob Atyan, violon
  • Razmik Hovhannisyan , alto
  • Hakob Atyan, violoncelle

L. V Beethoven  (1770-1827)  : Quatuor à cordes n°1 en fa majeur, op. 59

E. Grieg (1843 – 1907) : Quatuor à cordes en sol mineur, op.27

E. Mizoyan (1921-2012) : Quatuor à cordes – Thème et Variation

R. Altunyan (1939-) : « Dance Berd »

L. V Beethoven :  Quatuor à cordes n°1 op. 59, Razumowsky  

Par ses proportions comme par la complexité de son écriture, le septième quatuor (opus 59 no 1 en fa majeur) de L.V Beethoven, « le plus important de l’opus 59, est capital par son superbe Allegro d’ouverture et constitue, comme la symphonie « Héroïque », une véritable ligne de partage par rapport à toute notre tradition musicale.

E. Mirzoyan  : Quatuor à cordes – Thème et Variations

Edward Mirzoyan a étudié la composition au conservatoire de Musique Komitas de la ville de Yerevan en Arménie. Il est diplômé du conservatoire en 1941. Il arrive à Moscou en 1946 pour poursuivre ses études notamment avec le compositeur Aram Khachaturian qui aura une grande influense sur sa créativité artistique. En 1948, Mirzoyan rentre à Yerevan et devient professeur de composition au conservatoire Komitas. De 1957 à 1991, il est le président de l’Union des Compositeurs d’Arméne. En 1963, il fait une tournée aux Etats-Unis avec Igor Stravinsky.
Le style d’écriture d’Edvard Mizoyan est décrit comme néoclassique avec des structures formelles et une tendance à la tonalité. On y trouve aussi beaucoup de lyrisme et un sens inné du drame.

E. Grieg : Quatuor à cordes

Edvard Grieg n’acheva qu’un seul quatuor à cordes, en sol mineur, qu’il commença en 1877 et acheva en février 1878, il y a 140 ans, lors d’un long séjour dans la région du Hardanger située à l’ouest de la Norvège, qu’il aimait passionnément. Il en résulta une de ses plus immortelles musique

Quatuor ESME (Corée du Sud/Allemagne)

Église 21H00
CALLIAN

  • Wonhee Bae, violon
  • Yuna Ha, violon
  • Jiwon Kim, alto
  • Ye-eun Heo, violoncelle

W. A Mozart (1762 – 1791) : Quatuor en do majeur KV 465 n°19  les Dissonnances »,

A. Mendelssohn (1809-1847) : Quatuor n°6 en Fa mineur, op 80

F. Bridge (1879-1941) : « Novelleten », H44

W. A Mozart : Quatuor KV 465 Les Dissonances 
Ce quatuor fait partie du corpus de six quatuors dédiés à Haydn. Cet opus est le fruit d’un long travail de près de trois ans, fait d’efforts et de sueur. Mozart les a dédicacés à Joseph Haydn qu’il décrit comme le parrain de son oeuvre.
F.  Mendelssohn- Bartholdy : Quatuor n°6 op. 80
Le quatuor n°6 de Felix Mendelssohn a été donné pour les 30 ans du festival mais c’est une oeuvre d’une telle beauté que les jeunes quatuors ne peuvent s’empêcher d’inscrire à leur répertoire. C’est le choix qu’a fait le quatuor Esme et bien lui en a pris car leur tempérament de feu donne une lecture particulièrement dynamique de cette oeuvre testamentaire.
Franck Bridge: Noveletten
Chambriste et chef d’orchestre remarquables, Frank Bridge est aussi le plus grand et le plus important compositeur britannique de musique de chambre. Frank Bridge naît le 26 février 1879 à Brighton (Sussex). Son père, professeur de violon, encourage ses dons précoces pour la musique.  Durant sa première période créatrice, Frank Bridge se consacre principalement à la mélodie et à la musique de chambre ; on citera Novelletten, pour quatuor à cordes (1904), Three Idylls, pour quatuor à cordes (1906) – dont la deuxième deviendra le thème des Variations sur un thème de Frank Bridge (1937) de son unique élève en composition, Benjamin Britten –, le Premier Quatuor à cordes, « Bologna », en mi mineur (1906), les trois séries de Miniatures, pour violon, violoncelle et piano (1906-1907).

Apéritif Concert

Chapelle DIOR 11h00
MONTAUROUX

Quatuor Voce et Frédéric Audibert, violoncelle

Quintette à deux violoncelles en do mineur n°15 op.38 de Georges Oslow (1784-1853)

Quintette à deux violoncelles de L. Boccherini (1743-1805)

Quatuor Szymanowski (Pologne)

Église 16H00
MONTAUROUX

  • Agata Szymczewska, violon
  • Grzegorz Kotow, violon
  • Volodia Mykytka, alto
  • Marcin Sieniawski, violoncelle

S. Moniuszko (1819-1872) : Quatuor à cordes n°1 en ré mineur

K. Szymanowski (1882-1937)  : Quatuor à cordes n°1 en do majeur, op.37

L.V. Beethoven (1770-1827)  : Quatuor à cordes n°4 en do mineur, op.18

/

PARLEZ QUATUOR

Scènes ouvertes aux jeunes quatuors

Concerts gratuit destinés à faire connaître de jeunes étudiants des conservatoires supérieurs de musique qui se destinent à la musique de chambre, en particulier à la formation du quatuor.

Les quatuors sont sélectionnés par le violoncelliste Frédéric Audibert, directeur artistique

 

Vendredi 11 septembre : 18h00 – Seillans – Chapelle de l’Ormeau –